La fête au Bouc *

MaleconLe bord de mer s’appelle le « Malecon », comme celui de La Havane ; c’est là que la ville populeuse de Santo Domingo jouxte la mer, regardant vers le Sud, vers les petites iles Hollandaises au large du Venezuela : Aruba, Bonnaire et Curaçao. A l’Ouest c’est justement Cuba qui fait face à la portion Haïtienne de l’ancienne Hispaniola. A l’Est, il parait qu’on peut apercevoir depuis des points hauts, Puerto Rico. Ce bord de mer n’est pas une plage, il est battu par la houle et sans la chaleur ambiante et les essences d’arbres aux alentours, on pourrait se croire en Bretagne. Des ombres humaines déambulent le long de cette avenue baptisée officiellement du nom de Georges Washington ; quelques points sont aménagés et la propreté est maintenue. Je n’ai pas vu le romantisme suranné des couples Cubains s’enlaçant en regardant la mer, au loin. En pleine journée, ce sont plutôt des corps allongés sur les bancs, se reposant sous les températures hivernales pour la région : pas plus de vingt-neuf degrés à l’ombre de la mangrove côtière ! La capitale, Santo Domingo de Guzmán, aurait près de quatre millions d’habitants ; c’est le plus vieux site de peuplement européen des Amériques habité sans discontinuité et fut le premier siège du pouvoir espagnol dans le Nouveau Monde. En circulant, ou plutôt en tentant de circuler sur les larges avenues tant les embouteillages sont constants, j’ai une impression de me retrouver dans le Caracas des années quatre-vingt-dix. Des camionnettes luxueuses, aux vitres teintées, transportent de riches Dominicains d’une réunion à l’autre, ou vers des destinations de loisir, principalement des restaurants. Tout est climatisé, américanisé, pour ceux qui ont accès ces bulles d’air frais. Pour les autres, ce serait plutôt Cuba qui me reviendrait en mémoire, avec des senteurs mélangées de végétation luxuriante et de goudron. Je n’étais pas revenu en République Dominicaine depuis plus de quinze ans. A l’époque, c’était le lancement des opérations GSM d’Orange, filiale française de l’opérateur. La marque Orange existe toujours mais a été revendue à Altice en 2013, groupe qui a finalisé le rachat de SFR en France l’année dernière. Paradoxalement, le concurrent d’Orange en France, opère des services de télécommunications sous la marque concurrente Orange, dans une ile des Caraïbes. Je ne m’éloigne pas trop de l’hôtel à pied, sur ce « Malecon », car je finis systématiquement entouré de passants offrant des services de toute nature … Santo Domingo n’est pas le paradis du flâneur à pied !

* « La fête au bouc », ou « La fiesta del Chivo », est un livre de Vargas Llosa qui traite des derniers jours du dictateur Trujillo dans ce pays; livre qui m’a beaucoup impressionné à sa sortie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *