Mon ami Stéphane

Stéphane Lot est décédé jeudi dernier. Marie-Jo est allée à la soirée de prière qui fut organisée dans cette soirée, immédiatement après l’annonce de sa mort. Marie-Jo me dira ensuite que l’église Saint Symphorien était absolument pleine et que tous les participants étaient en pleurs. Stéphane et son sourire parfois un peu moqueur me hante dans mon sommeil. Notre première rencontre remonte exactement à quarante années, à deux pas de notre maison et de cette église, dans l’école annexe d’instituteurs de la rue des condamines. Je revenais du Gabon et je découvrais la France, avec froideur et anxiété ; l’instituteur nous fait alors écrire nos noms dans nos cahiers de poésie, et, ne comprenant pas la consigne, je regarde au dessus de l’épaule de mon voisin, et j’écris alors consciencieusement dans le coin supérieur gauche : Stéphane Lot. J’ai toujours ce cahier de poésie dans mes affaires, car je l’ai gardé en souvenir de mes premiers pas à l’école, en France. Plus tard, autour du cèdre qui est toujours dans la cour de l’école, je revois les batailles entre les Carullingiens (notre professeur s’appelait Monsieur Carulla) et les Pontoiriens (Mr Pontoire, l’autre classe). Stéphane, le fils d’une famille que l’on devinait un peu stricte à la maison, était donc aussi un meneur d’hommes à l’extérieur, à l’école. Ensuite, je revois surtout Stéphane au lycée Hoche, le lundi matin, qui lisait l’Equipe en déployant le journal à même le sol, sous les tables pour ne pas se faire voir des professeurs. Avec Pascal Personne, c’était un grand amateur de sports et je m’initiais à toute une série d’épopées qui allait de celle des « Verts » de Saint-Etienne à l’adresse d’un « Bowen », alors star du basket mondial. Stéphane avait la tête haute, les yeux rieurs, les deux mains plantées dans sa veste et se préparait à sa vie d’hommes avec un calme et une humeur toujours égale. Puis un jour, ce fut « l’histoire d’un mec, sur le pont de l’Alma » et les années Coluche où nous nous récitions les sketches qui nous faisaient rire aux larmes. « Toi qu’es rigolo, con’te nous une histoire ». J’en aurais des centaines à raconter sur Stéphane durant ces années-là, l’âme d’un groupe de nos années d’adolescence, de nos années de lycée. Stéphane s’est ensuite engagé dans une vie militaire et je quittais Versailles aussi, pour des années. Jusqu’à ce Dimanche, il y a huit mois environ, où nous nous reconnaissions sur les bancs de l’église où nous avions fait notre Confirmation, au milieu des années soixante-dix. « C’est l’histoire d’un mec … qui me fait monter des larmes aux yeux ».

13 réflexions sur « Mon ami Stéphane »

  1. Anonymous

    Je me suis rendue à la messe de ses obsèques cet après midi. Quelle belle cérémonie, empreinte d’amour, de recueillement, de gravité, et d’amitié. Nous continuerons à prier pour lui, pour Isabelle et ses enfants si beaux.

    Répondre
  2. Anonymous

    Bonjour,
    j’apprends ce jour, 20 nov la disparition de Stéphane. Ancien élève des Condamines et du Lycée Hoche, et ancien camarade de classe de Stéphane, et même si depuis cette époque nous ne nous sommes pas revus, je n’ai pu m’empêcher d’envoyer un petit mot à sa mémoire, car c’est un morceau de mon histoire qui s’en est allé.
    Nicolas Bagot, Ile de Mayotte.

    Répondre
  3. Anonymous

    Cousin, parrain d’un de mes enfants, témoin à mon mariage, Stéphane était pour moi un modèle de gentillesse, de sourire(!!!!) et d’attention. Il formait un couple merveilleux avec Isabelle. la cérémonie d’hier a été exceptionnellement reccueillie et émouvante. Il reste un grand vide et nous porterons longtemps Stéphane dans nos prière.

    Répondre
  4. Anonymous

    Cousin, je l’aimais comme un frère, merci de ces réactions, il nous manque… Que de peine et d’émotion autour de lui hier, mais les bons souvenirs restent et plus encore sa fidélité en amitié et son grand sourire. Nous sommes de tout coeur avec Isa et ses enfants

    Répondre
  5. Anonymous

    J’ai appris la mort du CGA Lot mon ancien chef aujourd’hui. Je prie pour lui, pour sa femme que je n’ai jamais vue et qu’il chérissait tant, pour ses enfants.

    Répondre
  6. Anonymous

    bonsoir,
    je suis un frère d’Isabelle et j’ai découvert ce blog ce matin avec beaucoup d’émotion. La disparition de Steph nous a tous beaucoup choqué mais ce genre d’initiative nous va droit au coeur (je parle pour toute la famille y compris Isa et les enfants). N’hésitez pas à laisser vos noms que nous sachions qui a une pensée pour nous de tous les coins de la terre.
    Eric Jeannerod

    Répondre
  7. Anonymous

    Bonsoir

    Bien que totalement étranger à son cercle de famille ou d’amis, je me permets d’apporter ma modeste contribution à la mémoire de monsieur le contrôleur général des armées qui nous quitte avant que je n’ai pu le connaître plus, mais qui d’ores et déjà m’avait inspiré le plus profond respect.
    Les quelques rencontres professionnelles que nous avons pu avoir m’on donné le sentiment d’avoir eu affaire à homme à l’intelligence et au charisme hors du commun. Mes pensées les plus sincères accompagnent sa famille.

    Francis D de RAMBOUILLET

    Répondre
  8. Anonymous

    Un sourire omniprésent, des yeux rieurs, un enthousiasme et une gentillesse communicative, Stephane était une figure incontournable des petits enfants Kerdrel.
    C’était le cousin qu’on était toujours heureux de croiser, qu’on soit plus ou moins proche de lui, qu’on est vingt ans ou cinquante cinq ans.
    On était certain de passer un bon moment et de trouver une oreille attentive pour évoquer tout ce qui rythme une vie de famille.

    Aujourd’hui , je pense à Isabelle à Anne May, Francois Xavier, Sibylle et Alix mais aussi à ses frères et soeurs et à ses parents .Mes prières vous accompagnent.

    Répondre
  9. thierry Lot

    A l’attention de bertrand moussel : merci pour ce très bel hommage à stephane qui nous touche profondemment. Voir une si belle fidélité en amitié après tant d’années est un grand réconfort
    merci à toi

    son frère thierry

    Répondre
  10. Anonymous

    Vivant à Versailles mais ne connaissant pas la famille Lot, je m’associe à vous tous qui avez perdu, ce frère, ce cousin, cet ami, et je suis boulversée par tous ces temoignages d’amitié, de prière que j’entend ici et là. Alors, anonymement, je porte aussi dans ma prière, son épouse et ses enfants

    Répondre
  11. Anonymous

    Nous avons appris Pascale et moi, la disparition de notre ami Stéphane, nous assurons, à Isabelle et à ses enfants, nos ferventes prières et notre très fidèle et sincère amitié.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *